Sans vouloir concurrencer le blog qui aime bien râler ou Madame Pas Contente, qui sont des experts incontestés et incontestables en matière de serial râlage, je voudrais, moi aussi, pousser une gueulante.

Je t'en veux beaucoup, espèce de bîîîîîp de cycliste femelle (ça met une jupe pour faire du vélo, oui Madame !) qui me nargue tous les matins et particulièrement ce matin.  Comme tu auras pu le constater du haut de ton petit vélo de m...., stupide Madame Cycliste, des barrières bloquaient une partie de la chaussée à cause d'un gros trou et un énooooorme camion avec remorque attendait de pouvoir virer à droite.  Alors que les voitures pouvaient à peine se frayer un passage dans l'espace étroit qui subsitait et que le flic qui réglait la circulation à cet endroit faisait des grands moulinets pour nous, càd les automobilistes, signifier que nous devions dégager de là vite fait, toi, stupide Madame Cycliste, confiante en la force de tes petits mollets de moineau rachitique et persuadée que ton joli casque jaune fluo te rend invincible, tu as cru bon de me faire une jolie queue de poisson pour passer avant moi, m'obligeant ainsi à piler net pour ne pas te heurter.

Je vais te dire une chose,  stupide Madame Cycliste : je n'ai pas du tout aimé le regard mi-triomphant, mi-goguenard que tu m'as lancé.  Tu m'aurais fait signe que tu voulais passer, je t'aurais laissée faire sans problème.  Parce que je ne me prends pas pour la reine de la route, moi. 

Et je ne regrette pas un seul instant de t'avoir traitée de pou****** quand je t'ai dépassée.  Honnêtement, tu le méritais.

Je sais qu'il y a très peu de chances que tu me lises, mais considère-toi comme officiellement prévenue : la prochaine fois que tu me feras une crasse, et je sens bien que tu en es capable, tu auras affaire à moi.  N'oublie pas que je suis beaucoup moins vulnérable que toi....

img_1090327498145