22 septembre 2010

Une brassée de roses

bouquet_de_roses_3

Pour mon anniversaire

Posté par mariebruxelles à 12:17 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

05 septembre 2007

J'ai testé pour vous : le chômage

Désolée de n'avoir pas posté pendant plusieurs jours, mais mon nouveau job me met sur les rotules. 

Je profite donc de ce que je ne suis pas endormie devant la télé pour dresser, comme promis, un bilan de mon expérience en tant que chômeuse "demandeuse d'emploi".

Tout d'abord, l'outplacement.  L'idée est intéressante et je veux bien croire qu'elle permet à certaines personnes de plus de 45 ans de retrouver un emploi, mais j'aurais préféré des heures de formation regroupées sur 5 jours plutôt qu'éparpillées sur deux mois, à raison de 3 malheureuses heures par semaine.  Quelle perte de temps ! 
De plus, je trouve que le prix d'une telle formation (2.450 € par personne, quand même !) est tout à fait exagéré.  Les "formatrices" sont bien sympas et sûrement très compétentes, mais n'importe qui peut lire et commenter un syllabus bourré de lieux communs du style : "il ne faut pas arriver en retard lors d'un entretien de candidature".
J'ai aussi appris à rédiger un CV très différent de celui que je connaissais jusqu'à présent.  Plus "moderne", paraît-il.  Je ne suis toutefois pas persuadée de son efficacité.  En effet, les personnes qui l'ont reçu (= l'agence d'intérim par laquelle je suis passée et le cabinet d'avocats où je travaille actuellement) ne sont pas arrivées à y retrouver les éléments essentiels.  Normal, ils étaient relégués tout en bas de la page 2....

Ensuite, les services du chômage, anciennement ORBEM, actuellement et jusqu'à nouvelle lubie ministérielle ACTIRIS.   Histoire de m'épargner un déplacement corvéesque en centre-ville (je H*A*I*S le centre-ville !!!), je me suis inscrite comme demandeuse d'emploi en passant par internet (très pratique).
Moins d'une semaine après la fin de mon préavis, j'ai été convoquée par un "conseiller-emploi" de l'Orbemactiris censé avoir lu (et compris !!!) mon CV et qui m'a remis 2 propositions de jobs censées correspondre à mon profil.
Je me suis d'abord rendue chez un expert des assurances qui cherchait une secrétaire unilingue, ayant une petite expérience professionnelle (moins de 5 ans), pour un emploi à mi-temps.
Après avoir pris connaissance de mon CV, le candidat-employeur m'a demandé ce que je venais faire chez lui (sous-entendu pourquoi je lui faisais perdre son temps).  Je lui ai expliqué que j'étais envoyée par Monsieur XYZ de l'Orbemactiris et il s'est mis dans une colère noire.  Choquée par sa réaction, je lui ai répondu qu'il pouvait garder son job et sa mauvaise humeur, et que je ferais part de l'incident à mon conseiller-emploi.  Le monsieur s'est calmé, m'a présenté des excuses et a expliqué pourquoi il s'était emporté : le sieur XYZ de l'Orbemactiris lui avait, dans un premier temps, envoyé des candidates totalement inexpérimentées et sachant à peine lire et écrire le français.  Il s'en est plaint auprès du supérieur de Monsieur XYZ qui, pour se venger, s'est mis à lui envoyer des candidates sur-qualifiées (bi- ou trilingues), ayant 20 années ou plus d'expérience et désireuses de travailler à temps plein.  Bref, du vrai foutage de gueule...
L'autre proposition d'emploi m'a conduite dans un cabinet d'avocats qui souhaitait engager une secrétaire uniquement dans le cadre d'un contrat "FPI" (inconnu à mon bataillon).  J'ai répercuté la demande du recruteur à mon conseiller-emploi le 9 mai et j'attends toujours sa réponse...  Inutile de dire que je n'ai pas décroché ce job.  Merci pour votre aide, Monsieur XYZ !

En revanche, j'ai eu d'excellents contacts avec les préposés de mon syndicat.   Tant au bureau principal qu'à mon antenne locale, j'ai rencontré des personnes aimables, polies, compétentes et surtout très patientes avec la novice que j'étais.  Grâce à elles, je n'ai eu aucune difficulté à accomplir les formalités nécessaires, de sorte que les indemnités journalières ont pu m'être versées tout de suite.  De plus, les paiements ont toujours été effectués très rapidement, c'est à dire quelques heures à peine après la remise des cartes de pointage mensuelles.
Je n'irai pas jusqu'à dire que ce fut un plaisir de traiter avec les gens du syndicat (le chômage reste une épreuve terriblement stressante), mais là au moins je ne me suis pas sentie amoindrie...

Je ne suis restée que 4 mois au chômage.  Bien que n'étant pas responsable de la perte de mon emploi, j'ai parfois eu honte.  Je me suis sentie exclue, en marge de la société.  J'ai ressenti de la culpabilité chaque fois que je me suis levée tard ou que j'ai fait la sieste.

Une chose est sûre : jamais plus je ne dénigrerai les "sans emploi".  Pour avoir partagé leur lot pendant quelques semaines, je sais maintenant que ce n'est pas une partie de plaisir. 

Mes pensées vont vers ceux/celles dont j'ai croisé la route.  Courage, les amis !

Edition du 10/09/2007 :

Dès que j'ai signé mon contrat, j'ai prévenu le service d'outplacement que 1° j'avais retrouvé du travail et 2° que je suspendais ma formation jusqu'à nouvel ordre (il me reste encore une demi-douzaine de cours à option à prendre avant juin 2008).  Croyez-vous que ces gens auraient eu la politesse d'accuser réception de mon mail ?  Même pas !  Je pensais qu'ils seraient contents que savoir que leur "formation" a porté ses fruits (je suis la 2ème de notre groupe à avoir retrouvé un emploi).  Il faut croire que non.
Je suis bête, quand même ! 

Posté par mariebruxelles à 22:53 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
24 janvier 2007

Le Dr Ross vous salue bien

urgences_2

Me revoilà !  Ouéééééé !
Un grand merci pour vos encouragements et votre soutien.  Merci aussi à Myriam et à Mabelle pour leurs coups de fils et SMS.

J'ai encore un tout petit peu mal, mais je suis tellement contente d'être rentrée chez moi que je ne vais pas me plaindre. ;-)

Hier matin, j'ai croisé le Dr Ross au bloc opératoire.  Enfin, j'ai vu, de dos, un médecin qui lui ressemblait beaucoup.  Je n'avais pas mes lunettes et il portait un masque sur la figure, mais je suis presque sûre que c'était lui.  Il a bien voulu me donner son numéro de portable et j'étais justement en train de le mémoriser quand on m'a donné ma dose de gaz anesthésiant. 
Du coup, j'ai tout oublié.  Désolée ! ;-))

Posté par mariebruxelles à 15:03 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
22 janvier 2007

A bientôt !

serie_urgences

Je vous laisse pour quelques jours.  Je vais, en effet, me faire chouchouter par les docteurs Ross, Green, Benton et Carter réunis.  Oui, tous ensemble, aux petits soins et rien que pour moâââ ! ;-)

Mon Breton préféré passera vous donner de mes nouvelles.

Pour que vous ne vous ennuyiez pas trop pendant mon absence, je vous ai concocté quelque énigmes.  Si Canalblog le veut bien, vous en aurez une nouvelle tous les jours.  Evidemment, je ne serai pas là pour vous répondre et vous devrez patienter un peu pour savoir qui a gagné, mais à la guerre comme à la guerre.

A bientôt, les zamis !

Posté par mariebruxelles à 11:14 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
08 décembre 2006

Bistouri ! Compresse !

operation


Cet après-midi, j'avais rendez-vous chez le plasticien qui a fait ma greffe de peau.  En effet, ma plaie n'est pas entièrement cicatrisée et ça n'est pas normal (je rappelle que l'intervention a eu lieu au mois d'avril).
Le verdict que je redoutais tant est tombé : il va falloir me réopérer. :-(
L'intervention est prévue pour le mardi 23 janvier prochain et je devrais pouvoir rentrer chez moi dès le vendredi.
Cette fois, je prendrai des remèdes homéopathiques pour préparer l'opération et favoriser la cicatrisation. 
Je reste, en effet, persuadée qu'on (m')aurait évité bien des soucis si j'avais pu prendre ce qu'il fallait dès le début de mes aventures hospitalières, mais pour cela il aurait fallu que les médecins qui se sont penchés sur mon cas soient un peu plus ouverts aux thérapies dites ""alternatives"".  Mais ça, c'est une autre histoire dont je vous reparlerai bientôt.

Posté par mariebruxelles à 23:32 - - Commentaires [11] - Permalien [#]